• AVERTISSEMENT

    Ajout le 24 juin, suite au commentaire d'Ouly, Bomanite Lorraine, dallage béton décoratif :

    Rénovation du sol de la rue Serpenoise


     140 commentaires
  • AVERTISSEMENT

     

    Démonstration cyno du 132e bataillon cynophile de l'armée de terre :

    Solidarité défense

    Solidarité défense

    Hélicoptère d’attaque Tigre :

    Solidarité défense

    Fanfare du 1er régiment de chasseurs de Verdun :

    Solidarité défense


     2 commentaires
  • AVERTISSEMENT

    Metz Mag de mars-avril 2016

    Metz Métropole le mag' printemps 2016

    "Les sentinelles" place Mondon

    Metz Mag de janvier-février 2016

    Metz Métropole le mag' automne 2015

    Arbre de la laïcité

    poh poh poh

    Festival Hop Hop Hop

    Augmentation des impôts à Metz

    Instabilité de Dominique Gros

    Metz Mag de septembre - octobre 2016

    Metz Mag de mai - juin 2016

    --> Télécharger Metz Mag de mai - juin 2016 <--

    La luxueuse revue continue en format de 44 pages tirées à 74 000 exemplaires, ce qui équivaut à 135 arbres coupés tous les deux mois.

    La seule distribution (réalisée par la société C DISTRIBUE à Metz) de la luxueuse revue coûte plus de 10 000 euros par numéro aux contribuables.

     

    Editorial du maire :

    "En confiance" : s'il y a tant besoin d'insister sur la confiance, le doute s'installe. Faire confiance aux socialistes et à Dominique Gros, c'est prendre le risque de voir défigurer la ville, de l'asphyxier économiquement, de faire fuir les habitants, de les appauvrir, et de se réveiller avec la gueule de bois.

    Quelle est la contribution de Robert Badinter (parti socialiste) au classement de Metz à l'Unesco ? Quel besoin de se réclamer de lui ? Pourquoi pas François HollandeManuel Valls, ou Emmanuel Macron ? Encore une fois est exprimée la volonté du maire de nous servir son idéologie étouffante.

    "Aujourd’hui, du Moyen Pont à la gare, chacun s’accorde aussi à reconnaître à Mettis, mode de transport en commun moderne, des vertus pour la visibilité de nos joyaux."

    Le maire essaie de se persuader qu'il a fait du bien à la ville, mais c'est tout le contraire. Le bus Mettis a été voulu par le maire comme un instrument de métissage de la population, d'où son nom : c'est encore un gavage idéologique, une manipulation de plus. Or ce n'est qu'un bus diesel très coûteux, sur-dimensionné et polluant. Au Moyen-Pont, on a saboté les joyaux de Metz, on a construit une piste d'atterrissage qui longe le bras mort, c'est emblématique du mauvais goût socialiste, on se croirait sur une avenue du temps de l'URSS.

     

    Semaine franco-allemande, page 10 :

    Dominique Gros touche presque François Hollande, de quoi s'effondrer dans les sondages !

     

    Ce qui est beau peut aussi être simple, page 33 :

    Exemple : la belle place Mondon n'a pas besoin d'être surchargée par la location pour 20 000 euros d'animaux perchés !

    Mais, le sapin de Noël de la gare est jugé trop cher : 11 000 euros "rien que pour le sapin", plus 11 000 euros pour l’acheminer et 8 000 euros pour l’installation de son socle.

    Voilà, on est en plein socialisme qui fait table rase du passé, on installe des gazelles et des zèbres au milieu d'une place principale, et on élimine le sapin de Noël majestueux traditionnel des marchés de Noël, qui ont perdu tout leur sens à Metz.

      

    Je recommande toujours la lecture des pages 34 et 35 l'expression des groupes politiques, pour ne pas étouffer de l'autosatisfaction exacerbée du maire, et au contraire affronter lucidement la catastrophe de sa gestion socialiste.


     votre commentaire
  • AVERTISSEMENT

    Metz Mag de mai - juin 2016

     

    Les socialistes tels Dominique Gros aiment mettre leur patte un peu partout, notamment en des endroits qui se suffisent en eux-mêmes, parce qu'ils sont beaux. La place Mondon possède de beaux bâtiments, une fontaine majestueuse, des massifs végétaux, qu'est-il besoin de louer à grands frais ces animaux ?

    20 000 euros la location, ça n'apporte rien à la place, ça fait vivre les copains, ça ne fait pas baisser les impôts ou la dette.

    En prime, on a droit au charabia habituel : "L'humanité doit revenir à une utilisation plus équitable du monde, mais l'artiste refuse de s'asservir aux morales qui gouvernent l'air du temps" (...) "Alors que nous considérons la ville comme un territoire essentiellement humain, elle est en réalité un écosystème, investi aussi par les animaux. Cette oeuvre met en scène des présences animales dans la ville. Observateurs, sentinelles de notre monde, ils sont à la fois au milieu de nous et hors d'atteinte, proches et inaccessibles à la fois."

    Signalétique qui jure sur la place :

    La Région Lorraine n'existe plus, son drapeau va disparaître :


     2 commentaires
  • AVERTISSEMENT

    Metz Métropole le mag' automne 2015

    Metz Mag de mai - juin 2016

    Metz Métropole le mag' printemps 2016

    Les 28 pages de Metz Métropole le mag' de Jean-Luc Bohl tirées à 120 000 exemplaires sont passées à 32 pages, ce qui représente 137 (au lieu de 120) arbres coupés à chaque numéro, il semble que la revue soit devenue trimestrielle (les derniers numéros datent de novembre, mai, l'automne 2015, et sans doute l'hiver que je n'ai pas reçu).

    Au coût des revues, il faut ajouter celui de la distribution dans tous les foyers.

    Avant novembre 2014, la périodicité de parution était mensuelle (dix numéros par an), elle est maintenant trimestrielle. L'économie annuelle représentait 120 arbres x 6 mois = 720 arbres par an économisés.

    Avec l'augmentation du nombre de pages, l'économie de 720 arbres est réduite de 4 fois 17 arbres, soit 68 arbres détruits.

     

    Edito de Jean-Luc Bohl, UDI

    L'ami de Dominique Gros, maire PS de Metz, est fou : il explique que malgré la baisse de 15 000 000 euros des dotations de l'Etat sur le budget 2016, "notre investissement sur les cinq prochaines années reste au même niveau que le dernier Plan Pluriannuel d'Investissements, soit 173 000 000 euros qui seront investis par Metz Métropole de 2016 à 2020 !"

    Autrement dit, moins de recettes est sans conséquence sur les dépenses, ce qui est complètement irresponsable. Il y a de quoi s'inquiéter pour l'avenir.

     

    Page 9

    Dans le budget principal, on trouve l'affreux quartier de l'Amphithéâtre et la zone de Mercy. La dette affichée est déjà de 5 900 000 euros.

    Mais, la dette des budgets annexes n'est pas présentée, alors qu'elle est colossale à cause du bus gasoil Mettis, du futur palais des congrès, et bientôt du plateau de Frescaty.

    ON NOUS TROMPE.

     

    Expression des élus page 30

    Bravo à ces élus de terrain qui osent dénoncer la calamiteuse gestion de nos dirigeants irresponsables.


     votre commentaire
  • AVERTISSEMENT

     

    Pour son dernier match de préparation avant l’Euro, la France rencontre l’Ecosse ce soir à Metz.

    La ville est remplie de sympathiques Ecossais depuis vendredi soir :

    France-Ecosse à Metz

    France-Ecosse à Metz

    France-Ecosse à Metz

     


     votre commentaire
  • AVERTISSEMENT

    Quelle horreur cette affiche !

     

    Personne rencontrée aujourd'hui rue d'Asfeld : "Je déménage à cause des impôts locaux : 250 euros d'augmentation en 2 ans", c'est insupportable. Cette personne travaille pourtant à Metz.

    Metz crée des exilés fiscaux

    Metz crée des exilés fiscaux


     5 commentaires
  • AVERTISSEMENT

    Morgan


     2 commentaires
  • AVERTISSEMENT

    Après la nuit des gauchistes place de la Comédie

     

    Nuit debout, aujourd'hui 19 mai à 20 heures, place de la Comédie à Metz.

    Ils sont prêts à passer la nuit debout (enfin surtout assis par terre) : tireuse à bière, fût supplémentaire et canettes de secours.

    Première partie de cette « Nuit debout » : atelier pratique pour apprendre à rouler une cigarette.

    Séverine


     votre commentaire
  • AVERTISSEMENT

    Les Profanes

     

    C'est étonnant, le PCF et le Front de Gauche défendent le droit local alors que les Profanes, proches de Basta et de la CNT, y sont opposés !

    L'extrême gauche serait-elle divisée sur le sujet ?

     


     votre commentaire
  • AVERTISSEMENT

     


     votre commentaire
  • AVERTISSEMENT

     

    La résurrection hollywoodienne du Christ

    Si le milieu catholique français semble s'être lancé dans la défense de ce film, c'est sans doute sans l'avoir vu, car son spectacle l'aurait au contraire encouragé à ne pas dénoncer sa faible diffusion dans les salles et à souhaiter plutôt que sa sortie reste secrète. Pourtant, la simple vision de la bande-annonce laissait présager d'un ratage d'autant plus criant qu'il succède à la très inspirée 'Passion du Christ" de Mel Gibson. On y annonce rien moins que "la plus incroyable des chasses à l'homme" (sic), ce qui, théologiquement prête à discussion quand cet homme est le Christ, c'est-à-dire "le Verbe fait chair".

    Le film suit le tribun Lucius à qui Ponce Pilate a attribué la mission de faire taire la rumeur selon laquelle le Christ, mort au moment où le film commence, serait ressuscité. Il s'ensuit une enquête sans rebondissement où l'on découvre parmi d'autres incongruités que Saint Barthélémy est une sorte d'illuminé efféminé et béat ; Marie-Madeleine une traînée connue de tout un régiment, et Saint Thomas un traître prêt à livrer le Christ pour de l'argent à l'instar de Judas. Loin de propager la foi, le film propage le rire. On se prend à se demander si une Bible fut ouverte pour rédiger ce scénario grotesque, qui use de tous les poncifs d'une réalisation hollywoodienne (scènes d'action, enquête policière, absence de dialogues., gros plans appuyés...)

    Jésus apparaît ensuite, "par hasard", entouré de ses apôtres sans âme, aux yeux de Lucius qui se met à douter. Dénué de toute Grâce, le Messie n'est capable d'aucune parole. Pas une parabole ! Pas une promesse ! Son seul sourire et un miracle suffiront d'en suggérer la Puissance. On apprendra alors qu'un légionnaire accompagnait les apôtres entre les deux apparitions du Sauveur, hésitant même à en faire le remplaçant de Judas ! Ces deniers sont campés par des acteurs sans talent, qui font passer les chargés de Dieu pour une bande de niais caricaturaux, capables seulement de marcher et de s'esclaffer. Quant à Marie, elle n'apparaît qu'une fois comme vulgaire silhouette d'une crucifixion se déroulant dans une sorte de vallée, bien loin de l'image qu'on se ferait du majestueux Golgotha.

    Pour qui arrivera à la fin de ce spectacle, qu'il faut bien dire ridicule, il pourra assister à l'Ascension du Christ, sommet du kitsch. On serait en droit d'attendre du cinéma actuel qu'il parvienne, par ses effets spéciaux, à mettre en scène la beauté visuelle d'un miracle ; hélas, "La Résurrection du Christ" pêche même dans ce domaine. La réalisation épouvantable souligne encore davantage l'hérésie de cette interprétation loupée de la plus belle des Promesses.

    Le film ne mérite donc pas la publicité que certains aimeraient lui réserver. Certes, on peut se réjouir qu'un film sur la vie de Jésus sorte en salle, mais il faudrait que celui-ci ne soit pas infamant.

    Charles


     5 commentaires
  • AVERTISSEMENT

    La bière du diable

     

    J'ai forcément pensé à vous ! De fait, j'ai levé mon verre à votre bonne santé. Amitiés, Ouly


     votre commentaire
  • AVERTISSEMENT

    Marie-Madeleine

    Les origines de l'art - Basilique saint Vincent

    Célèbre au Pays de Bitche, la chapelle Notre-Dame-des-Bois d’Erbsenthal, dans la forêt d’Eguelshardt, a été saccagée. Les vitraux ont été défoncés

    Chapelle saccagée à Eguelshardt et vitraux défoncés

    Le Gueulard Plus - Nilvange - Le Bal des Enragés

     

    Affiche blasphématoire sur les murs de Metz, avec l'argent de nos impôts : communauté de communes du Val de Fensch, région Lorraine, département de la Moselle, ministère de la culture, centre national de la chanson, des variétés et du jazz, sacem !

    Il est toujours facile de s'amuser avec les catholiques, détruire une chapelle, tout ça est très amusant arf

    Croix retournée et cornes du diable, est-ce que tout ça est innocent ?

    Le bal des enragés

    "Le Bal des Enragés, c'est un peu la dream team du rock alternatif français : projet destiné initialement à un concert unique, réunissant Lofofora, Tagada Jones et Parabellum ainsi que des membres de Punish Yourself, Black Bomb A ou encore Loudblast, le Bal n'a cessé depuis 2009 de jouer les prolongations. Deux tournées, un dvd et un album live, et des dates, encore des dates... sur scène, c'est tout le répertoire punk et rock de l'underground mondial qui est revisité : Ludwig von 88, les Ramones, The Exploited, Bérurier Noir, The Clash, Rage against the machine, Parabellum, Sick of it all, Ministry, The Stooges ... on croise même Marilyn Manson et Johnny Cash au coude à coude !"

    "Aucunes limites, juste une envie énorme de secouer les publics et de se faire plaisir : tel est le credo de ces infatigables activistes, qui nous offrent avec le Bal des enragés une grand messe exceptionnelle. Presque une visite au musée, sauf qu'ici tout vibre, palpite et transpire, alimenté par une force connectée aux monuments de la jouissance rock'n'roll."

    "paroles officielles {Ludwig von 88 - Tuez Les Tous} Tuez tuez tuez les tous... (2x) Tracer à travers foule A grands coups de coupe-coupe Leur éclater la gueule A coups de riot gun Tirer dans le tas A coups de Bazooka Leur exploser le lard Sous les chenilles d'un chien Eclatés jusqu'au coeur A coups de marteaux-piqueurs La cervelle en purée Les membres écartelés Tuez tuez tuez les tous... A sauter à pieds joints Sur les cadavres humains Pour faire vider les vers Pour faire craquer les os Rester à piétiner La chaire flasque arrachée Pataugeant dans la gerbe Des boyaux des vicères En criant en hurlant La gueule pissant le sang Les mâchoires enfoncées Et les yeux révulsés Tirer sur ces pourris Qui pensent comme des nazis Qui bavent comme des débiles Derrière des chefs de file Toute cette foule ordurière A genoux sous des banières Rampant sous des drapeaux Braillant comme des pourceaux Ils ont voulu ma mort ah ah ah! (2x) Tuez tuez tuez les tous..."

    http://www.paroles-musique.com/paroles-Ludwig_Von_88-Tuez_Les_Tous-lyrics,p136704

     

    "Les saints Coeurs de Jésus et de Marie ont sur vous des desseins de miséricorde" : paroles de l'ange du Portugal aux trois bergers de Fatima à l'été 1916.

    "Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément, et je vous offre le très précieux corps, sang, âme et divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles du monde, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé. Par les mérites infinis de son très saint Coeur et du Coeur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion des pauvres pécheurs" : parole de l'ange lors de sa troisième apparition, avant de communier les trois enfants, disant : "Prenez et buvez le corps et le sang de Jésus-Christ, horriblement outragés par les hommes ingrats. Réparez leurs crimes et consolez votre Dieu."

    "Offrez sans cesse au Très-Haut des prières et des sacrifices (...) en acte de réparation pour les péchés par lesquels il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs. De cette manière, vous attirerez la paix sur votre patrie".


     1 commentaire
  • AVERTISSEMENT

    PAVE

     


     votre commentaire
  • AVERTISSEMENT

    La gabegie socialiste continue

     

    le revêtement a été refait en octobre 2015, voyez l'état 6 mois après :


     2 commentaires
  • AVERTISSEMENT


     votre commentaire
  • AVERTISSEMENT

    Rolls Royce


     votre commentaire
  • AVERTISSEMENT

     

    Encore une fois il y a eu un accident ici, place de Chambre. Cet endroit est dangereux.

    Le trottoir est bien trop bas par rapport à la route, si une voiture loupe le virage en descendant de la cathédrale, elle monte facilement sur le trottoir, percute la barrière et risque de tomber sur les terrasses.

    Les pavés sont glissants, ce qui augmente le risque.


     votre commentaire
  • AVERTISSEMENT

    Bonne fête de l'Ascension !

     

    Bonne fête de l'Ascension !

    Bonne fête de l'Ascension !

    Bonne fête de l'Ascension !

    Bonne fête de l'Ascension !

    Bonne fête de l'Ascension !


     votre commentaire
  • Le chat de Séverine

    Avertissement

    "Afin de pouvoir continuer notre développement, nous avons pris la décision d’imposer la publicité pour les blogs n’ayant pas d’abonnement Premium" (9 euros par mois).

    "Les formats publicitaires actuellement employés ne sont pas définitifs. Nous cherchons encore à l'heure actuelle le juste milieu afin d'optimiser les recettes de la plateforme sans trop pénaliser l'esthétique des blogs. En outre certains formats sont testés afin de connaître leur efficacité. Des changements sont donc encore à prévoir du côté des formats avec des retraits et des ajouts de formats jusqu'à trouver un modèle équilibré, en attendant le système qui vous permettra de choisir vous même les formats sur votre blog. Le partenariat publicitaire est en ce moment en retard avec ces importants changements qui ont nécessité un certain nombre de modifications. Les choses vont revenir à la normale au courant des prochains jours !"

    L'Equipe Eklablog le 7 avril 2016

     

    Séverine est en train d'étudier comment éviter ces désagréments.


     2 commentaires
  • Les pavés chinois de la place de la République populaire

    La ruine socialiste des pavés chinois

    Rustines

    Gabegie socialiste, destruction des ressources

    A vous la République !

     

    En constants travaux alors que la place de la République n'a pas 6 ans !

    Metz ruinée par ses pavés !

    Metz ruinée par ses pavés !

    Metz ruinée par ses pavés !

    Metz ruinée par ses pavés !

    Page 199 : Platon et Aristote confondent morale et politique. La République de Platon traite à la fois de morale et de politique. La cité idéale et son organisation reposent avant tout sur la qualité de ceux qui la dirigent. C’est une vision utopique qui a cependant quelques vertus. La cité est bonne lorsqu’elle est en ordre, c’est-à-dire lorsque chacun est à sa place, selon la loi, et que la force soutient le droit moral. En contrepoint, les prescriptions de Machiavel, dans Le Prince, paraissent plus proches de notre actualité. En l’espèce, il conseille au Prince, pour s’assurer le soutien et l’appui du peuple, de respecter, au moins en apparence, les règles de morale communément admises. Son comportement privé et le mépris que ces règles peuvent lui inspirer n’ont que peu d’importance. Le Prince peut (et doit) aller contre la morale dans ses actions politiques toutes les fois que cela lui semble nécessaire ; de même, trahir sa propre parole est légitime si c’est un moyen de conserver le pouvoir. Mais publiquement, il devra toujours être capable de « donner le change » afin que son peuple ne se retourne pas contre lui. Manifestement, depuis des années, nombreux sont les hommes politiques qui ont choisi Machiavel comme référence dans leur action publique.

    Page 212 : Dans un pays qui prône la liberté d’expression, nous avons du mal à trouver un équilibre avec la défense des libertés individuelles qui confine parfois à la paranoïa. Finalement, il n’est pas certain, après mûre réflexion, que l’expression vraiment libre dans le débat public soit une réalité tangible. Les moyens de communication modernes, en particulier la Toile, peuvent donner une impression de liberté, mais celle-ci est parfois trompeuse. Ce constat sur les conditions du débat et de l’expression publique conduit à évoquer la sorte de consensus intellectuel qui existe dans notre pays et que j’ai baptisé la « pensée dominante ». Qui, justement, est l’une des raisons de la pauvreté du débat public. Souvent, dans le langage courant, la notion de « politiquement correct » est encore évoquée. À la réflexion, cette notion est déjà supplantée depuis quelques années par celle de « pensée dominante ». Il ne s’agit pas en l’occurrence de pensée politique qui varierait en fonction du changement de majorité. La pensée dominante transcende les clivages politiques et enferme le débat public dans des standards dont il est quasiment impossible de se défaire. À titre d’illustration, dans la vie de notre pays, et depuis de nombreuses années, certains sujets n’ont pas droit de cité dans le débat public. Il est difficile voire risqué de les évoquer ou d’en débattre ouvertement sans être taxé d’extrémisme ou soupçonné de déviance. Ces sujets sont protégés par une chape de plomb et provoquent des réactions excessives de tous bords, surtout de la part de ceux qui n’en ont qu’une connaissance toute virtuelle : la politique de réglementation des entrées sur notre territoire, les questions relatives à la nationalité française, à la religion, au dévoiement de notre système de solidarité et de protection sociale, ainsi qu’à la délinquance et à son traitement par notre système judiciaire.

    Page 215 : Ceux qui instrumentalisent les principes des droits de l’homme et les libertés individuelles portent une lourde responsabilité. Ils en font un outil réducteur alors qu’il s’agit d’un formidable levier. Il faut observer une prudente distance à l’égard de ceux qui, à tout bout de champ, ressortent les droits de l’homme ou dénoncent des comportements liberticides pour justifier leur refus du débat. Il s’agit d’hommes ou des femmes, de personnages publics, d’intellectuels divers, d’associations réputées et très écoutées qui ont contribué, au fil du temps, à l’élaboration de la pensée dominante, sans même se douter des conséquences paralysantes qu’elle pourrait avoir au sein de notre démocratie. L’essentiel de cette pensée dominante provient du microcosme parisien qui n’a de la société française qu’une vue partielle et bien souvent virtuelle. Il s’agit pour l’essentiel de prises de position publiques, de commentaires sur les événements, de contestations sur des projets ou propositions de loi, une pensée prémâchée, fondée sur des bons sentiments et une vision manichéenne du monde. Un exemple suffit pour caractériser cette manière de faire : la réaction des sectateurs de la pensée unique à propos du principe de « la France terre d’accueil ». Les manipulations culpabilisantes des associations qui mènent des combats idéalistes et irréalistes aboutissent trop souvent au spectacle pitoyable d’actions décalées, en contradiction avec le réalisme le plus élémentaire. Malheureusement, ces sujets épineux sont abordés sur une base affective et compassionnelle, alors qu’ils devraient être traités avec justice et pragmatisme.

    Page 226 : Un certain nombre de nos compatriotes, en particulier des journalistes, ont payé de leur vie, sur le territoire national et à l’étranger, leur combat pour la liberté d’expression. Or, dans notre vie publique, cette liberté-là n’est pas réellement assurée. C’est un des paradoxes de notre pays : il est bien plus confortable de s’installer dans la pensée dominante, de pratiquer la langue de bois, que de dire les choses telles qu’elles sont. Ce temps de la vraie liberté d’expression, sans contrainte dictée par une pensée dominante omniprésente, n’est pas encore venu.

    Page 229 : Formulons un souhait au moment où vous tournez cette dernière page : que se produise un sursaut collectif permettant de sortir de cette logique mortifère qui conduit nos élites à prendre des décisions en fonction de critères qui ne sont pas ceux de l’intérêt général. Il est plus que temps de commencer à résister activement au cynisme et à l’hypocrisie qui prévalent depuis bien trop longtemps dans la gestion de la France.

    Tout ce qu'il ne faut pas dire, Bertrand Soubelet, Plon, mars 2016


     votre commentaire
  • Très beau travail !


     votre commentaire
  • Le Mettis prend l'eau

    Gaspillage de la mairie

    Adieu les pavés

    Metz ville dépensière

    Metz ruinée par ses pavés

    Rustines aussi sur les trottoirs

     

    Moins de 3 ans après l'inauguration du Mettis, tout est à refaire !

    Ajout le 5 mai :

    Rustines

    Rustines

    Rustines


     votre commentaire
  • Pour qui roule Couleurs Gaies ?

    Le calvaire des chrétiens du Pakistan

    Le Front National vote contre la Théorie du Genre au conseil régional de Bretagne

    Déportés d'Indochine : "On est des oubliés de l'Histoire"

     

    "Contre Daech et le Patriarcat, vive la résistance des femmes kurdes !"

    Y a pas beaucoup de femmes kurdes pour porter la banderole ;)

    Merci François pour ces photos !


     votre commentaire
  • Soyez la prochaine reine de la mirabelle

     

    Cherche reine :


     votre commentaire
  • Gaspillage :

    Il paraît que c'est Metz !

    Il paraît que c'est Metz !

    Il paraît que c'est Metz !


     3 commentaires