• Venite adoremus

     

    Chanter la paix

    Invité par l'association ASMAE, le groupe choral "Sentiers Chantants" animera une veillée chantante autour du thème de la vie, de l'homme et de la paix le vendredi 7 novembre à 20h30 en l'église du Sacré-Coeur à Metz-devant-les-Ponts. Bien connus dans la région, il faut savoir que les Sentiers Chantants ont déjà animé une vingtaine de veillées à Metz où ils ont ainsi rempli à plusieurs reprises les églises de Ste Thérèse (autour de Sr Sara du Caire), St Clément, Queuleu, etc., à Thionville St Maximin, St Pierre, Notre-Dame, à Yutz, à Talange, à Moulins-les-Metz, à Montigny,...

    Une veillée, plus qu'un concert

    Une des principales caractéristiques du groupe est le partage avec le public. En effet, c'est une véritable communion vocale qui s'opère dans ces veillées où les spectateurs sont très vite invités à joindre leurs voix à celles des choristes, provoquant ainsi d'étonnantes émotions. Après avoir chanté dans un premier temps "avec" le public, s'ensuit alors une partie chorale "pour" le public sur un répertoire de chants sacrés (chants de Taizé, liturgie orthodoxe russe, etc.) et de chansons à textes d'auteurs connus (Brel, Bruel,...) ou moins connus. Textes choisis sur des thèmes qui concernent l'homme, la vie, la terre, l'amour, la paix.

    Des valeurs fondamentales

    Ce type de répertoire n'est pas anodin et sert de ciment dans les relations entre les choristes, tous amateurs et bénévoles. Aucune sélection vocale n'est exigée, rien que le plaisir de chanter ensemble. Un groupe d'amitié avec un regard d'espoir dans un monde trop souvent brutal et égoïste. Les Sentiers Chantants, c'est le partage d'une espérance, de la recherche d'une manière de vivre plus fraternelle. La foi en l'homme pour certains, en Dieu pour d'autres, avec la volonté de mettre, par le chant, la musique au service de l'homme et non l'inverse.

    Des chanteurs lorrains

    À raison d'une seule répétition par mois, les choristes répètent à Metz mais viennent d'un large secteur mosellan, s'étendant de Thionville-Yutz, au sillon mosellan en passant par Metz avec quelques Meurthe-et-mosellans et Meusiens.

    Un chef de chœur-animateur

    Le chef de chœur du groupe est bien connu du monde choral. Fondateur et animateur du groupe Le Tourdion pendant 25 ans, Jean-Pierre Thomas, est également le fondateur des Sentiers Chantants. Il se dit avant tout animateur, dans le sens de "donner une âme" (anima en latin), à ce groupe de plus de 250 chanteurs rassemblés sans publicité, sinon le bouche à oreille.

    Repartir différent

    Les veillées des Sentiers Chantants n'ont d'autre prétention que d'être un moment fort de convivialité, de réflexion sur le sens de la vie. L'amour de l'autre, dans le respect de ses convictions et de ses différences, est un des thèmes majeurs du répertoire. Un répertoire et des textes partagés qui ne peuvent laisser les auditeurs indifférents. Bon nombre de témoignages entendus à l'issue de veillées précédentes ont montré qu'on ne repartait pas d'une telle soirée comme on était venu.

    Chanter pour une cause

    Chaque prestation des Sentiers Chantants est donnée pour défendre une cause et venir en aide à ceux qui sont dans le besoin. A Metz-Devant-les- Ponts, nous chanterons pour aider l'action de l'association Soeur Emmanuelle - ASMAE en faveur des enfants nécessiteux.


    8 commentaires
  • Information d'un ami :

    "Ce soir, quelqu'un s'est fait planter dans le Mettis. Vers 22h30 - 23h, les flics cherchaient à la République à la lampe de poche quelque chose. J'ai vu 4 voitures de police et une de pompier sur le nouveau pont au dessus de la Seille. Sans doute les 2 sites que le blessé a empruntés. Ci-dessous des photos des gouttes de sang à l'abri-bus République. Il y en a tout autour. Il faudrait consulter le cahier des mains courantes pour en savoir plus" :


    votre commentaire
  • L'année 2014 voit la commémoration du 1200e anniversaire de la mort de Charlemagne. L’empreinte à Metz de cet empereur est forte depuis le haut Moyen Âge. Son aïeul, l’évêque de Metz saint Arnoul, est l’ancêtre de la dynastie carolingienne qui règne sur l’Europe occidentale entre les VIIIe et Xe siècles. Bien qu’il fixe sa capitale politique à Aix-la-Chapelle, Charlemagne ne néglige pas la cité de Metz qui devient un des foyers de la Renaissance carolingienne au milieu du VIIIe siècle, notamment grâce au rayonnement culturel de son chapitre cathédral fondé par saint Chrodegang, l’invention du chant grégorien et l’œuvre des moines de Saint-Arnoul, abbaye qui devient nécropole de certains membres de la famille impériale.

    C’est pourquoi la Société d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine tenait organiser cette journée d’étude autour de ce thème pour commémorer comme il se doit cet événement.

    Charlemagne

    Charlemagne

    Vendredi 7 novembre 2014

    Musée de La Cour d’Or (2, rue du Haut-Poirier 57000 METZ)

    18h30 Conférence inaugurale : « Metz à l’époque carolingienne »

    P.-E. Wagner (Conservateur en chef - Bibliothèques-Médiathèques de Metz)

    19h30 Verre de l’amitié

     

    Samedi 8 novembre 2014

    Porte des Allemands (Boulevard Maginot 57000 METZ)

    Présidence : Mireille Chazan

    8h30 Accueil des participants

    9h « L’architecture religieuse à Metz aux VIIIe-IXe siècles »

    F. Héber-Suffrin – Maître de conférences en Histoire de l’Art - Université Paris-X

    9h30 « Le trésor de Saint-Arnoul : des redécouvertes »

    A. Adrian – Conservateur du Patrimoine - Musée de La Cour d’Or

    10h « Les Annales Mettenses Priores et Alcuin d’York : Le discours politique sur l’accession de Charlemagne au pouvoir »

    S. Mösch – Doctorante en Histoire médiévale King’s College (Londres)

    10h30 Pause

    10h45 « La construction du passé carolingien à Metz à partir des sources diplomatiques »

    M. Gaillard – Professeure en Histoire médiévale Université de Lille-3

    11h15 « La construction du passé carolingien à Metz à partir des sources hagiographiques »

    A. Wagner – Maître de conférences en Histoire médiévale – Université de Franche-Comté

    11h45 Discussion

    12h15 Déjeuner libre

    Présidence : Michèle Gaillard

    14h « Charlemagne dans l’Image du monde de Gossuin de Metz »

    M. Chazan – Professeure émérite en Histoire médiévale Université de Lorraine

    14h30 « La représentation de Charlemagne à la fin du Moyen Âge à travers l’iconographie »

    N. Pascarel – Doctorante en Histoire de l’Art – Paris IV-Sorbonne

    15h « L’abbaye Saint-Arnould de Metz au XVIIe siècle : francisation, Réforme catholique et mémoire carolingienne »

    J. Léonard – Maître de Conférences en Histoire moderne Université de Lorraine

    15h30 Pause

    15h45 « Les habits neufs de l’empereur : images de Charlemagne à Metz du Second Empire au Deuxième Reich »

    C. Pignon-Feller - Docteur en Histoire de l’Art Université de Nancy 2

    16h15 « Les Carolingiens et l’archéologie à Metz pendant la première Annexion. La fouille de l’abbaye Saint-Arnoul (1905-1906) »

    J. Trapp – Assistant principal de conservation du Patrimoine Musée de La Cour d’Or - Université de Lorraine

    16h45 Discussion

    17h15 Clôture de la journée

    Charlemagne


    votre commentaire
  • A deux pas du Centre Pompidou : 1er bidonville de Metz

     

    Le téléphone du quartier ne va plus fonctionner longtemps, on est dans un pays sous-développé :

    Pendant que la Mairie s'amuse

    Pendant que la Mairie s'amuse


    votre commentaire
  • Caméras de surveillance

     

    Ils sont fous, en plus ça ne sert à rien, il n'y a personne derrière les caméras !

    Affreuses caméras sur monuments

    Affreuses caméras sur monuments


    votre commentaire
  • Metz Mag de septembre 2014

    Muse, le nouveau centre commercial de Metz

    Metz Mag et Metz Métropole le mag' de novembre 2014

    Dépenses de communication et de chantiers

    Metz Mag d'octobre 2014

     --> Télécharger Metz Mag d'octobre 2014 <--

    Cette luxueuse revue de 44 pages est éditée à 74 000 exemplaires, aux frais des contribuables.

    Il n'y a que 2 pages à lire : "l'expression des groupes politiques" pages 32 et 33.

    Quelques affirmations de la revue :

    Editorial : "situation financière « confortable », cela reflète bel et bien la réalité d’une gestion rigoureuse, soucieuse du citoyen, respectueuse du contribuable. (...) Metz investit au service de ses habitants, de tous les âges et de tous les quartiers, au service des entreprises et au service de l’emploi. Cette politique audacieuse dont nous avons encore pu mesurer les fruits fin septembre en inaugurant la BAM nous oblige à une maîtrise rigoureuse de nos dépenses de fonctionnement : j’y veille scrupuleusement. (...) notre souci constant de soutenir les entrepreneurs, artisans comme vous tous de la maison Metz.

    Plus Dominique Gros insiste, plus c'est inquiétant. Les finances de Metz et de Metz Métropole sont-elles si bonnes que ça ? Regardez vos impôts augmenter.

    Page 7 : "Metz bénéficie d’une situation financière confortable" (...) Le rapport est consultable sur metz.fr/comptes2014

    Ce ne sont plus le Point, l'Express, Challenges et autres magazines qui sont cités.

    Page 8 : "en s’installant à Metz il y a aujourd’hui onze ans, « alors que deux autres postes m’étaient proposés, à Sacramento et à Chicago. » À moyen terme, ces performances se répercuteront sur le terrain de l’emploi, et c’est entre autres la raison pour laquelle le maire de Metz a tenu à distinguer l’enseignant-chercheur, le directeur de Georgia-Tech et le vice-président de l’institut Lafayette"

    Cela revient à "compter les oeufs dans le cul de la poule".

    Page 9 : "plus de 100 000 personnes ont profité de leur week-end des 20 et 21 septembre pour visiter la ville et ses trésors. Rouverte depuis l’été après avoir été restaurée, la porte des Allemands a joué les vedettes"

    Il se dit que les visiteurs sont aussi intéressés par la beauté à bas coût de l'installation du bus diesel.

    Page 10 : "le nombre d’élèves scolarisés à Metz est en augmentation. En attendant le recensement de l’Inspection académique, six ouvertures de classes"

    "Le début de l’année 2014 est marqué par des résultats probants sur les chiffres par quartier. Ainsi Borny enregistre une baisse de 19,5 % de la délinquance."

    "12 tours opérateurs venus des plus grandes métropoles chinoises ont découvert la ville. À proximité de Trèves, ville natale de Karl Marx qui attire chaque année des milliers de Chinois, Metz possède de bonnes raisons de courtiser un marché de plusieurs millions de visiteurs potentiels pour la France, où ils ont coutume de ne pas regarder à la dépense..."

    ... comme les socialistes et l'UDI de Metz et de Metz Métropole !

    Page 17 : "La MJC Metz-Sud, dit-il, réaffirme aujourd’hui sa place d’acteur de cohésion sociale et se définit comme architecte des libertés et du vivre ensemble."

    Jargon socialiste.

    Pages 23 à 25 sur le futur centre déficitaire des congrès : "Dans le sillage de METTIS, la ville a pris soin de se reconstruire sur elle-même. (...) ériger le centre des congrès, moteur de développement économique et vecteur d’une reconquête d’image déjà amorcée (...) Nous sommes une métropole, il nous faut une stratégie de métropole, donc apporter à Metz des fonctions métropolitaines. (...) Nous nous situons aussi dans une niche de marché, celle de rassemblements rémunérateurs, permettant un plus grand rayonnement sur la ville. Le lien entre le nombre de congressistes et l’ampleur des retombées est mécanique. (...) Une cinquantaine d’équivalents temps plein seront nécessaires au fonctionnement du centre des congrès (...) investissement total d’environ 60 000 000 euros. (...) GL Events a évalué les retombées dans une fourchette comprise entre 176 et 252 euros par jour et par participant, soit une estimation totale comprise entre 11,5 et 16,5 millions d’euros par an. (...) Le nombre de nuitées hôtelières est estimé à 28 800 par an.

    Demain, on rase gratis. En ce qui concerne le coût et les prévisions de recettes, se référer à l'exemple du bus diesel Mettis qu'on n'a pas fini de payer.

    Page 27 sur Muse, le centre qui va mettre à genoux le centre-ville : "40 000 mètres carrés de surfaces commerciales, sur deux étages, qui constituent le socle sur lequel se construisent les immeubles. En-dessous, un parking de 900 places. Ensuite, 10 000 mètres carrés de bureaux, (...) 10 000 mètres carrés de logements sociaux. (...) 1 500 personnes y résideront, 2 000 à 2 500 y travailleront."

    La folie des grandeurs de la mairie. Il y a de quoi être inquiet.

    Pages 28 et 29 : "Desvallières : 300 logements ; Résidence Sainte-Croix : 147 logements ; Diagonale Bon-Secours : une mairie de quartier, 350 logements et des bureaux ; Le Sansonnet : 380 logements ; Coteaux de la Seille : 120 logements sont construits, à l’horizon 2030, près de 4000 personnes pourraient y habiter, dans un cadre de vie exceptionnel ; Manufacture des Tabacs : 112 logements sociaux, des bureaux et 70 logements étudiants."

    C'est du business immobilier socialiste. Les 120 logements construits des coteaux de la Seille ont déjà du mal à se vendre, comment imaginer 4000 personnes ?

    Page 30 : "la gratuité temporaire des parkings" du boulevard de Trêves.

    Rien n'est gratuit bien longtemps, il faut payer bus diesel, palais des congrès et autres joujoux.

    Page 31 : présentation de PSA, premier employeur privé de Metz, 1 700 salariés spécialisés dans la fabrication de boîtes de vitesse.

    Enfin du concret. Est-ce que les socialistes aiment la famille Peugeot ? Comme Aurélie Filippetti aime la famille Wendel ?


    1 commentaire
  • Martin Steffens est un philosophe messin actuel.

    Petit traité de la joie

    Page 146 : "Tout le monde l'a remarqué : la communauté des hommes heureux, libres et chantants, n'est pas celle des sociétés déchristianisées dont les villes tentaculaires sont saturées de haine et d'impatience chaque fois que débutent les soldes d'été et la course aux cadeaux de Noël. La communauté des hommes heureux est peut-être celle de ceux dont l'audace est de chanter chaque dimanche, voire chaque jour, qu'il pleuve ou qu'il vente, qu'il tombe des rayons de soleil ou des bombes, la joie commune d'avoir un jour vu le jour. A présent, on ne veut plus entendre ces hymnes de louanges ni surtout y joindre sa voix propre : on ne veut pas se compromettre à un bonheur si proche et si gratuit. Comme l'exige Nietzsche : il faut du lointain, non du prochain. On veut désormais un bonheur difficile, dont il est possible de s'enorgueillir pour mieux s'en culpabiliser. On ne veut du bonheur qu'à force de travail, de régimes ou d'excès, de festivités devenues obligatoires. Ce serait trop facile, sinon. On a tué la joie en interdisant d'en rendre grâces."


    votre commentaire
  • Sur les murs de Metz

    Gentil syndicaliste persécuté

     

    Les violents marquent leur territoire

    Douceur de vivre en centre-ville de Metz

    Douceur de vivre en centre-ville de Metz


    votre commentaire
  • Taxes foncières 2012

    Facture d'électricité

    Prix de l'eau à Metz

    Taxe d'habitation 2014

    Augmentation du prix de l'eau en 2014

    Taxes foncières

    + 1,9 % d'augmentation par rapport à l'an dernier :

    Metz Métropole : taux passe de 1,05 à 1,09 --> + 3,8 % !

    Département : 12,96 au lieu de 12,71 --> + 2,0 %

    Taxe ordures ménagères : 10,06 au lieu de 9,94 --> + 1,2 %

    En plus s'applique une augmentation générale de 0,9 % (revalorisation annuelle).


    votre commentaire
  • Trophée Grandgousier de la Mirabelle

     

    Retour sur ce trophée, organisé par l'Académie des Chefs, rue des Jardins, auquel a participé une amie :

    Trophée Grandgousier de la Mirabelle

    Trophée Grandgousier de la Mirabelle

    Trophée Grandgousier de la Mirabelle

    500 verrines en trois heures, rude travail !


    votre commentaire
  • 19e randonnée VTT des Lavoirs

    19e randonnée VTT des Lavoirs

    19e randonnée VTT des Lavoirs

    19e randonnée VTT des Lavoirs


    votre commentaire
  • Metz, ville calme


    votre commentaire
  • Fausse Ferrari à Metz


    votre commentaire
  • Nucléaire, non merci !

     

    Hier, place d'Armes :


    votre commentaire
  • Vivez la rentrée sans prise de tête

    Metz Mag et Metz Métropole le mag' de novembre 2014

     

    Après les publicités de mauvais goût avec des personnes décapitées, Metz Métropole, pourtant en faillite, continue à s'amuser : le centre piétonnier de Metz est badigeonné de ronds jaunes invitant à composter.

    On attend maintenant les augmentations d'impôts, qui sont imminentes.

    N'oubliez pas de composter votre billet de Mettis (le bus diesel), Metz Métropole aime ça !

    La facture vous le rendra !


    votre commentaire
  • Voiture brûlée

    Metz, ville sûre

     

    Une amie a été témoin aujourd'hui d'un règlement de compte à OK Corral sur Patrotte ! Un jeune de type indien ou pakistanais avait le visage ensanglanté et a été victime, semble-t-ii, de jeunes de la Patrotte. Le témoin a entendu des coups de feu et une dizaine de voitures de la police sont arrivées sirènes hurlantes. A un moment, un autre jeune a dit à celui qui était ensanglanté et qui s'était réfugié dans un commerce : "Viens vite, ils arrivent avec les Kalach".

    Metz, ville calme

    Metz, ville calme

    Metz, ville calme

    Metz, ville calme


    1 commentaire
  • 7 mois après : les dégâts de Metz Plage

     

    La pelouse est anéantie :

    La pelouse après Metz plage


    votre commentaire
  • Metz Mag de juin et Metz Métropole le mag' de mai et juin 2014

    Metz Mag d'octobre 2014

    --> télécharger le magazine <--

    Les 44 pages mensuelles multipliées par 74 000 exemplaires représentent plus de 8 tonnes de papier, soit 135 arbres coupés par mois (sauf en juillet-août). Metz Mag est une revue luxueuse et coûteuse.

    Une partie de la page 10 met en lumière à juste titre les "deux joyaux" que sont la porte des Allemands et la tour de la Mutte. Bien.

    Pages 30 et 31, il est possible de s'informer en lisant "l'expression des groupes politiques". Bien.

    En enlevant ces pages, et en changeant les noms de lieux, la revue pourrait tout autant s'appeler Nancy Mag ou Nantes Mag tellement elle est insipide, sans odeur, sans saveur, sans identité.

    Le socialisme aplanit, nivelle, éradique, détruit, le patrimoine, le cadre de vie, et même les gens. Tout devient mélangé, gris, terne, lugubre, déprimant


    votre commentaire
  • 2CV

    Coccinelle


    8 commentaires
  • Nettoyage de la nouvelle façade des Galeries Lafayette

    Marquise féérique

     

    Ils sont fiers d'eux ! Il paraît que la soirée a été lancée par "un spectacle féérique" (Metz Mag septembre 2014 page 28), en présence du maire, des Bâtiments de France et des patrons des Nouvelles Galeries.

    Parce que les Messins valent bien cette superbe marquise de verre rouge wink2


    2 commentaires
  • Construction d'une maison de l'enfance

    Inauguration de la Maison de l'Amphithéâtre

    Inauguration de la Maison de l'Amphithéâtre

    Merci, Sébastien !


    3 commentaires
  • Vélo dans le square du Luxembourg

    Enfin le retour des jeux pour enfants du square Gallieni

    Auraient-ils pris en compte les demandes répétées de jeux pour enfants ?

    Construction solide ou matériel fragile de bobo ?

    Que manigancent-ils ?


    votre commentaire
  • Fratin, la beauté animale

    "Deux lunes s'interrogent sur le flux des véhicules"

     

    Ces "oeuvres" font partie de "l'art dans les jardins" financé à hauteur de 25 000 euros (20 000 par Metz et 5 000 par des partenaires "obligés" (UEM, un paysagiste et un autre).

    Jardin Botanique, oeuvres des Simmonet

    "Ce mode de création est, à l'instar de la vie, prolifique en son essence. Il est fait pour envahir"

    Il y a eu une grosse campagne de publicité et de tracts, sans compter les cartes postales ; je me demande si la communication est incluse dans les 25 000 euros ou prise sur un autre budget ?


    2 commentaires